Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

sale anniversaire

IMG_2429.JPG


ma douleur est assourdissante

nul oiseau jamais ne chante

sur cette branche noire et nue

les oiseaux ne courent pas les rues

où est-elle la main innocente

qui a tordu le cou

à l’amour fou

où est-elle l’absente

dont le silence est un trou

qui fait ma douleur si violente

© Hervé Prudon


Merci à Michèle de m'avoir fait connaître Thierry Metz, voici en retour Hervé Prudon, autre suicidé de la poésie, disparu en Octobre dernier.

Ceci pour nous rappeler s'il en était besoin qu'il y a un an de ça, Jacques est parti. Je me souviens du port de Sète, qui sentait la merde -quelque chose demandait à être débouché), de quelques verres de blanc, on était un peu sonnés par cette lumière.











-« Ma femme a posé des affichettes dans tout le quartier : perdu mari, la quarantaine, type européen, un peu gouttière, sauvage et affectueux. Faible récompense." (© Hervé Prudon)

Commentaires

  • Oui Alain et Ali.

Écrire un commentaire

Optionnel