Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Musique

  • musique & magie

    sur le parvis de l'église il y a

    des bassons des violons des cors et puis

    dans le ciel drap tendu

    une jetée d'hirondelles

    20150809_192341.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    on compte aussi un chat dans le public encore gris

    la musique tient dans la main

    très vite on se transforme

    c'est presque indécent

    les musiciens

    parfois ce sont des enfants

    qui donnent

    c'est ausi simple que cela

    humains nous sommes

     

     

  • envie de l'eau

    IMG_2450[1].JPGj'ai la tête aussi vide qu'une banque grecque

    rien ne s'y passe ou presque

    pas de chant encore moins de duende

    à croire que tout s'est effacé

    comme une flaque en plein midi

    dans un coin préservé

    - la musique est ce qui reste quand on a tout oublié ? -

    passe en boucle cette belle chanson de Charlelie Couture

    - envie de l'eau -

    pas vous ?

     

     

    www.youtube.com/watch?v=MhY0LxzT5Lw

  • frère en arbre

     Photo blog 056.jpgDerrida voyait en eux un symbole du totalitarisme, Beckett, via Godot guère plus qu'un accessoire à pendus et on se souvient de la nausée de Jean-Sol dans le square à racines...

    mais contrairement à ces illustres esprits. Francis Hallé (*), lui, maîtrise son sujet. Ce botaniste descend véritablement des arbres et il sait en parler.

    De leur génétique à l'immortalité de certaines espèces, de leurs stratégies de défense, de leurs modes de communication. L'auteur nous dit tout sur ces géants de proximité, qui selon ses propres mots sont altruistes, non-violents, discrets et taiseux...une leçon à méditer !

     

     

     

     

    (*) La vie des arbres : Francis Hallé (Bayard, Les petites conférences) 2011

  • Apparitions/réapparitions

    Chemin de la Florentine j'ai mon lutin, ni korrigan ni poulpiquet, un lutin en bonne et due forme jusqu'au bonnet que je devine.

    Il apparaît dans le feuillage d'un lierre aux alentours de minuit. Il se tient toujours au même endroit, je me montre très discret,  je le salue. Il est grand et assez costaud. Il me fait penser à Barnabé, le Barnabé du A de l'Atlantique. Je suis heureux de le rencontrer, ressent-il cette joie ?