Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

sorède

  • au mas del ca

    C’est un village de toile dans un recoin paisible des Albères,
    vu de loin on dirait un camp dressé à l’orée d’un champ de bataille
    mais vu de près c’est tout le contraire,
    chaque tente chaque stand dont les tissus volent au vent,
    propose une piste, une voie, un chemin
    pour le corps pour l’esprit pour l’âme
    pour repousser le mal
    la magie noire n’a pas disparue
    elle a simplement changé de nom
    elle s’appelle maintenant marchandisation
    elle détruit elle pille elle pirate
    C’est un ogre, un moloch
    il a toujours faim
    il appelle à la violence à la lutte de tous contre tous
    mais que peut-il contre la joie et la détermination de ceux qui veulent vivre autrement
    Le champ de bataille c’est la planète
    Et nous ne sommes plus seuls

  • Padre Himalaya

    IMG_2129.JPG

    jouer avec le soleil

    rassembler ses rayons

    monter à dos de mulets

    sous les pierres d'Ultrera

    une parabole

    c'était en 1900

    et il fait 2500°C

     

     

     

     

     

    IMG_2135.JPG

     

     ce berger en sciences en profita-t-il

    pour saisir dans leur jus quelques cargols

    ou des tranches de boufifare ?

     la chronique officielle n'en parle pas

    il est parti aux USA

  • retour au Tassio

    canon 010.jpg

    je n'avais pas repris cette route depuis les inondations de la fin Novembre 2011 et là en raccompagnant Charlie, j'ai pu mesurer ce qui restait à reconstruire plus de six mois après le déluge

    la retenue d'eau encombrée de galets jusqu'au faîte du barrage, des centaines des milliers de mètres-cubes à déblayer...

    je ferme les yeux un instant en l'écoutant parler

    c'est comme si j'y étais

    ce jour-là, protégé par l'auvent de sa maison, Charlie a passé la journée puis la nuit à regarder le Tassio pris de furie

    la rivière enveloppait le barrage

    le remuement des pierres qui roulent

    et le choc des blocs

    le vacarme de la chute d'eau

    d'où venaient tous ces galets ? tout ce sable ? la rivière a raclé les fonds, dénoué ses lacets, retourné ses tiroirs. Cette vallée en entonnoir, évasée au fond, qui recueille toutes les eaux de tous les versants et se termine par des gorges, un bouchon ...

    il nous faudrait des chercheurs d'or tamisez tamisons et puis j'ai dans la tête cette chanson celle d'André Minvielle "K you K Yaw", j'en suis sûr vous connaissez