Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Green friday (*)

C'est un paysage que l'on voudrait posséder, le prendre l'arracher le ramener chez soi pour le contempler à loisir

mais c'est impossible et puis cela ne dure pas, quelques jours tout au plus les couleurs sont à leur maximum elles vibrent elles sont vivantes, portées par des millions de feuilles

le garder pour les yeux , pour l'émotion parce que cela ranime un lien
un truc inouï enfoui profond
peut-être quelque chose de l'ordre de la joie, une connexion, plus qu'une connivence
une appartenance, on peut oser un nous, ensemble
c'est un lien qui vient de loin
qui tient encore
qui n'a pas été détruit formaté nivelé
commercialisé

ce glyphosate de l'âme qui sévit dans nos dictatures

il reste encore des chemins








(*) souvenir de ce slogan des 70's...je consomme, tu consommes, nous sommes cons...

Commentaires

  • HO ! Alan ! merci homme de Rivesaltes

    malheureusement ces mots justes ne me seront plus d'aucune utilité lorsqu'il s'agira de déterrer des tubercules !

Écrire un commentaire

Optionnel